Focus sur : Sophrologie & Sommeil

Focus sur : Sophrologie & Sommeil

Rencontre ISR :

l’ISR se rapproche un peu plus de ses intervenants pour essayer de vous partager leur actualité du moment.

Dans cet article nous nous sommes rapprochés de Caroline ROME et Stéphane GIRAUDEAU, tous 2 Sophrologues spécialisés dans le sommeil et intervenants pour l’Unité de Valeur Sophrologie & Sommeil qui a lieu du 29 au 31 août 2018 à l’Institut de Sophrologie de Rennes.

Bonjour Caroline et Stéphane, comment allez-vous ? Avez-vous passez un bel été ?

Caroline Rome : Un été chaud comme pour beaucoup, même au Danemark avec une mer à 25° et turquoise comme en Corse, alors qu’à Pornic elle était à 18° et plutôt opaque que claire, le monde à l’envers !

Stéphane Giraudeau : En forme après un bel été sous le soleil corse !

Quel est le parcours (scolaire ou non scolaire) que vous avez empreinté pour devenir Sophrologue et spécialisé dans le sommeil ?

C : Une formation de juriste bien loin de la sophrologie, mais en même temps la pratique de sport de haut niveau et de danse contemporaine avec déjà des fonctionnements sophrologiques sans le savoir, l’importance du corps conscient, le mouvement et les sensations. Puis le hasard d’une recherche pour une amie voulant se former et je suis tombée dans la marmite, avec la perception que tous les ingrédients sont déjà là mais un besoin de les structurer pour que la sauce prenne. Dès ma sortie de formation je me suis dirigée vers les rythmes sur 24 heures, avec bien sûr l’éveil, le sommeil, la récupération. Attachée au Centre du Sommeil de l’Hôtel-Dieu à Paris, j’étais au premières loges pour chercher, être formée, expérimenter, approfondir et m’éclater… j’ai validé par un diplôme universitaire sommeil à Paris V.

S : Lors de mes études de psychologie à Nantes j’ai eu connaissance de la sophrologie dans le cadre de la psycho du sport. Je me suis intéressé à cette discipline, et j’y est découvert une réponse à mes aspirations professionnelles : un métier de la relation d’aide, au croisement de la psychologie, de la relaxation, de la méditation que j’expérimentais depuis plusieurs années en autodidacte, et surtout la dimension corporelle et existentielle qui me faisait cruellement défaut en psycho. J’ai suivi une spécialisation sommeil lors de ces études, mais ce sont avant tout le travail avec les médecins en centre de sommeil, mes recherches et l’expérience avec cette patientèle qui m’ont formé dans ce domaine.

Etes-vous uniquement Sophrologue ou avez-vous une ou plusieurs autres activités ? Est-elle ou sont-elles complémentaires ?

C : Je suis sophrologue à part entière, que je décline dans d’autres secteurs, des changements de casquettes mais toujours avec la base sophrologie. je fais partie de Novéquilibres, un groupe avec lequel nous avons ouvert un portail sur la Qualité de Vie au Travail (laqvt.fr), et en tant que membre du comité éditorial j’écris régulièrement sur le sujet.

S : Je suis avant tout sophrologue, mais également praticien en Relaxation Non Verbale, discipline complémentaire à la sophrologie par le travail sur le schéma corporel, la profondeur de la relaxation, le lâcher-prise, directement par le toucher. Mon activité a progressivement évolué vers la transmission de mon expérience dans le cadre de la formation, et depuis deux ans je co-dirige l’Institut de Sophrologie Humaniste de Lille avec Jacqueline Baudet.

Quels sont les points positifs mais également négatifs de votre métier ?

C : Je n’ai pas mis tous mes oeufs dans le même panier, et j’apprécie énormément cette diversité et cette liberté : patientèle au cabinet, groupe, formation en école, en entreprise, conférence… avec toujours comme point commun la synergie d’une rencontre. j’aime les challenges, je trouve passionnant de stimuler quelqu’un à la prise de conscience dans ses capacités pour aller vers l’autonomie. Pour ce qui est du négatif, la perception erronée de certains sur la sophrologie, les croyances, et la nécessité de remettre souvent les pendules à l’heure. Et comme pour Stéphane, j’ai du mal avec les mentalités, les rivalités, les luttes de pouvoir dans un milieu où je ne m’y attendais pas…

S : J’apprécie par-dessus tout la dimension humaine d’accompagnement. Même si les cas apparemment se ressemblent, en particulier dans le domaine du sommeil, établir le lien, la relation, adapter ma pédagogie, mes outils, font de chaque accompagnement une expérience unique. Le point négatif de mon métier pourrait être la difficulté à renouveler sans cesse la clientèle, l’énergie nécessaire pour communiquer, « réseauter » (ce qui n’est pas mon fort), se faire connaitre et reconnaitre… Mais finalement le gros point noir tient à certaines désillusions sur le milieu même de la sophrologie, où dans mon expérience les luttes d’égos et les enjeux personnels prennent trop souvent le pas sur les valeurs de confraternité, d’ouverture à l’autre, d’humanisme…

Travaillez-vous plutot seul(e) ou en équipe ?

C : Je travaille toujours en équipe, puisque pour moi la sophrologie c’est faire équipe avec soi : si je suis seule à formaliser une intervention je fais équipe avec moi pour être centrée, efficace, à l’écoute de mes rythmes, et quand j’ai un patient je lui propose de faire équipe ensemble. J’aime la coopération dans tous les domaines.

S : J’aime à la fois l’indépendance et le travail en équipe, 2 moteurs essentiels dans ma pratique. Cette alternance m‘a beaucoup apporté tout au long de mon parcours, que ce soit dans mon cabinet paramédical, le centre de sommeil, l’Institut de Lille, les formations en binôme comme avec Caroline… C’est à la fois un soutien et un grand enrichissement !

Quels sont les projets auxquels vous avez contribué ?

C : J’ai contribué avec Stéphane (il a oublié de le mentionner) au livre« Guide de Sophrologie Appliquée » sous la direction de Richard Esposito, j’ai fait partie des organisateurs du Pôle Sommeil au CEAS, et je contribue au festival EKLORE qui a pour mission d’inspirer et rassembler ceux ou celles qui veulent donner un sens humain au travail.

S : En dehors de mon activité, j’ai donné beaucoup de temps et d’énergie à la présidence de l’ONS (Observatoire National de la Sophrologie), dans la mise en place de travail en commun dans des projets d’étude, réalisation de colloques, d’enquêtes métier, etc. Une expérience là-aussi très enrichissante, même si j’ai pu mesurer à quel point il est compliqué de motiver les sophrologues à travailler ensemble dans un état d’esprit constructif, ouvert et collaboratif.

Quelles sont les qualités personnelles requises pour exercer votre métier ?

C : Je pense qu’il faut avoir fait un travail sur soi pour oser être soi, authentique et sans attente sur l’autre ou les autres. La notion d’accueil est essentielle dans ce métier, c’est pourquoi les protocoles tout fait ne sont pas cohérents avec la singularité de chacun ou chacune. Se faire plaisir est aussi important, être créatif et surtout joyeux. La sophrologie c’est la vie.

S : En dehors de l’accompagnement sophrologique, ou chacun a son style, sa pratique et la clientèle qui lui correspond, le sophrologue est un professionnel qui doit savoir mener sa barque pour lancer son activité et la faire durer. Je considère donc importantes, voire essentielles des qualités telles que l’enthousiasme, la créativité, le goût d’entreprendre, mais aussi la patience, la persévérance, la capacité à prendre du recul…

De quoi êtes-vous le plus fier par rapport à votre métier ?

C : Du bonheur que j’ai à ce que je fais et de le transmettre aux autres.

S : Sans doute le fait d’aider mes clients à trouver en eux-mêmes les ressources pour s’aider eux-mêmes !

Sinon, est-ce que vous dormez bien ? 😉

C : Assez souvent oui, mais si ça m’arrive de dormir mal je ne m’en inquiète en rien car je sais comment y remédier.

S : Globalement bien, mais même si mon sommeil est perturbé j’ai les ressources pour faire face à ma journée !

Quelles sont les sources d’informations à utiliser pour en savoir plus sur votre activité spécialisée dans le sommeil ?

C : Plusieurs livres existent sur le sommeil et la sophrologie, et venir à nos formations…

S : L’Institut National du Sommeil et de la Vigilance, l’INSERM, le Réseau Morphée… les ressources sont nombreuses sur ce thème vaste et passionnant !

Avez-vous une actualité du moment à nous partager ?

C : La ronronthérapie est à l’étude, et améliore la latence d’endormissement par les vibrations sonores de basses fréquences émises qui entraînent un production de sérotonine dans le corps, l’hormone du bonheur impliquée dans la régulation du sommeil et de l’humeur. Les chats sont des thérapeutes du sommeil, et en cas d’insomnie il est bien d’avoir un chat ou d’aller dans un bar à chats, concept importé du Japon comme lieu anti-stress.

S : Pour faire suite à notre été caniculaire, une récente étude américaine a mis en évidence l’effet de la perception de la chaleur ambiante sur le fonctionnement de l’horloge biologique. Tout porte à penser que le réchauffement climatique aura pour conséquence de détériorer significativement la qualité de notre sommeil dans les prochaines décennies (en plus de la réduction globale du temps de sommeil déjà observée)… Les sophro sommeil ont de l’avenir !

Merci Beaucoup Caroline et Stéphane pour cet échange, nous vous souhaitons une très bonne intervention du 29 au 31 Août 2018 à l’Institut de sophrologie de Rennes avec tous les futures sophrologues qui suivront avec intérêt votre passionnante intervention.

Retrouvez Caroline Rome et Stéphane Giraudeau à l’Institut de Sophrologie de Rennes pour l’Unité de Valeur Sophrologie et Sommeil.

Cliquez sur l’affiche pour visualiser les prochaines dates de cet UV

Vous êtes Sophrologue diplômé de l’ISR, vous pouvez vous inscrire dans l’annuaire des Sophrologues de l’ISR

Egalement, suivez nous sur Facebook, Twitter, LinkedIn et Instagram 😉

Prochaines rentrées

Promotion 67

démarre lundi 21 janvier 2019 (inscriptions ouvertes)

Promotion 68

démarre jeudi 24 janvier 2019 (Inscriptions ouvertes)

Demandez votre dossier d’inscription ou une documentation

(Vous y trouverez le programme détaillé du cycle fondamental et cycle supérieur)

Inscription
2018-08-27T11:36:02+00:0027 août 2018|0 Comments

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.