Les conditions d’exercice du métier de sophrologue

Le praticien diplômé de notre Institut peut exercer la sophrologie :

  • soit comme une profession à part entière,
  • soit comme activité parallèle à un métier existant,
  • soit comme méthode complémentaire à sa spécialité (infirmier, kinésithérapeute, enseignant, entraîneur sportif, etc.)

Le sophrologue a le choix, pour exercer son activité, entre les différentes structures légales d’exercice professionnel (libéral, association, micro-entreprise, société).

Il établit les déclarations nécessaires auprès des organismes publics.

Il dispense des séances de sophrologie individuelle ou en groupe, en clientèle privée, au sein des entreprises ou dans des institutions.

Il propose toute adaptation de la sophrologie en vue d’une application spécifique dans le champ de sa compétence.

La reconnaissance de la profession de sophrologue

Il n’existe pas de diplôme d’Etat. Les écoles délivrent des attestations, certificats, diplômes ou “masters” privés, qui n’ont, en soi, pas forcément la valeur escomptée. Le niveau d’étude est, pour la grande majorité des centres de formation, non reconnu par l’Etat.

A noter qu’il existe aussi un Diplôme Universitaire en sophrologie (équivalent d’une certification privée, parfois pris à tort pour un diplôme d’Etat).

La sophrologie est une profession officielle

Le sophrologue diplômé est déclaré auprès des organismes publics (URSSAF, assurance maladie, caisse de retraite, INSEE, etc.).
Depuis plusieurs années, une importante compagnie d’assurance offre, aux sophrologues diplômés de notre Institut, un contrat-groupe national spécifique pour leur responsabilité civile professionnelle.

Certaines mutuelles remboursent des séances de sophrologie.

Dans de nombreux secteurs, la réalité professionnelle des sophrologues est reconnue :
– structures institutionnelles : écoles, collèges, lycées, universités, administrations, hôpitaux, préfectures ;
– entreprises publiques et privées.

De même, les formations en sophrologie dispensées à notre Institut et dans d’autres écoles font l’objet de prises en charge totales ou partielles de plus en plus fréquentes :

  • par les fonds de formation ou les OPCO,
  • plus rarement par d’autres organismes officiels : Pôle Emploi, mairies, associations, etc.

La sophrologie est de plus en plus citée dans les médias : comme outil thérapeutique, aide aux sportifs, gestion du stress dans les entreprises, préparation aux épreuves ou changements.